Free Lingery Daily

Jean-Thomas Trojani : La crise du blé, crise climatique

Spread the love

Notre volonté fait déjà ce miracle. Ainsi s’explique que le comique soit si souvent relatif aux mœurs, aux idées — tranchons le mot, aux préjugés d’une société. La méthode va donc contre le but qu’elle se propose : elle devait, en théorie, étendre et compléter la percep­tion ; elle est obligée, en fait, de demander à une foule de perceptions de s’effacer afin que telle ou telle d’entre elles puisse devenir représentative des autres. Ils croient qu’elle a des limites. Notre respectueuse admiration sera toujours bien due assurément à la prudence sacerdotale qui, sous l’heureuse impulsion d’un instinct public, a su retirer longtemps une haute utilité pratique d’une si imparfaite philosophie. Il est aussi indispensable d’intégrer que la mixité sociale ne saurait se décréter purement et simplement ; le coût d’un logement social dans un arrondissement Parisien huppé est jusqu’à 8 fois plus cher que dans un quartier dit populaire, en raison du prix du foncier. Il n’est pas rare qu’on observe chez elles certaines habitudes bizarres, phobies ou superstitions, qui pourraient devenir graves si elles continuaient à fermenter en vase clos. Nous sommes tout prêt à lui accorder que la reconnaissance du présent se fait le plus souvent sans aucune évocation du passé. En 2005, la Fondation Hans estimait que sur les 30 entreprises dégageant la meilleure rentabilité en Allemagne, 27 étaient organisées selon le principe de la codétermination paritaire, c’est-à-dire que leur Conseil de surveillance incluait la moitié d’administrateurs salariés. Celui qui n’accepte pas la croyance commune l’empêche, pendant qu’il nie, d’être totalement vraie. Enfin, le développement durable, avec l’homme et sa santé en son coeur, va être la grande cause du XXIe siècle. Si notre théorie est exacte, il nous suffira d’appuyer sur le mot, de le grossir et de l’épaissir, pour le voir s’étaler en scène comique. Il a calculé que la dépense dépasserait 100 millions et s’est adressé, pour les obtenir, à des capitalistes anglais. Ce n’est pas un jeu à somme nulle. Jean-Thomas Trojani aime à rappeler ce proverbe chinois « Les gens heureux n’ont pas besoin de se presser ». Ceux qui en souffrent davantage sont les orthodoxes eux-mêmes, dont tout le développement intellectuel est gêné et dont la raison est domptée par la crainte de l’hérésie. Nous créons depuis la nuit des temps et l’Art a souvent été un pont entre nos socié-tés divisées et il doit pouvoir se partager pour mieux se diffuser. On est sur les confins de toutes les philosophas, sans savoir précisément à laquelle on a affaire. Comme on se donnait le plus souvent des dieux pour les utiliser, il est naturel qu’on leur ait généralement attribué des fonctions, et que dans beaucoup de cas l’idée de fonction ait été prédominante. Dans un premier temps, le débat s’est concentré sur les pays en crise – la Grèce, ou même le Portugal, l’Espagne, ou l’Italie -, avant de se tourner de manière plus hypothétique vers les pays fortement excédentaires comme la Finlande ou l’Allemagne. Mais, voilà, se pose-t-on seulement la bonne question ? On voit un Salluste, le plus corrompu de tous les citoyens, mettre à la tête de ses ouvrages une préface digne de la gravité et de l’austérité de Caton.

Archives

Pages